LA CHANCE DE MA VIE

Avant de vous inspirer de Théo Curin, ne manquez plus aucun nouvel article et inscrivez-vous à la newsletter et je vous offre ce livre gratuit, rempli d’astuces et de conseils pour vous aider à progresser : COMMENT PREPARER UN MARATHON

Marathon
Course
Running

La chance de ma vie, c’est un livre de Théo Curin que je vous conseille.

Théo Curin

Pourquoi ? Parce ce que les principales leçons de ce livre, elles vous concernent. En effet, elles s’appliquent parfaitement à vous.

A vous qui voulez pratiquer la course à pied, battre vos records personnels, ou encore courir des distances incroyables comme le marathon.

Comment Théo Curin peut vous aider à devenir marathonien ?

De ma lecture de La chance de ma vie, j’en tire 5 leçons de développement personnel. 5 leçons utiles pour notre quête d’exploit, pour notre quête du marathon.

Car le mot d’ordre de ce livre, c’est : tout est possible !

QUI EST THEO CURIN ?

Avant de passer en revue ces 5 leçons, il faut que je vous présente Théo Curin.

Si Théo était un héros de Marvel, ce serait Spiderman. Pourquoi ? Lisez son livre pour le découvrir car je ne dévoile pas tout ici.

Spiderman

Théo Curin est chroniqueur TV et radio et représentant de la marque Biotherm.

Si je vous dis Vestiaires, Plus belle la vie et Handi Gang, alors vous mettez peut-être un visage sur le comédien Théo Curin.

Si je vous dis double vice-champion du monde en natation.

Et j’ajoute traversée du plus haut lac du monde, le lac Titicaca en totale autonomie. 108 kilomètres en équipe de trois, dans une eau à 10°C.

Dernièrement, il est Finisher de la mythique course en nage libre de 57 kilomètres de Santa Fe-Coronda en Argentine, l’une des courses les plus difficiles du monde.

J’ai juste oublié de vous mentionner que Théo est un athlète handisport.

Handisport S5 en natation car il est amputé des deux mains et des deux pieds.

Je disais au début de l’article que le mot d’ordre de La chance de ma vie, est : tout est possible.

C’est aussi le leitmotiv de Philippe Croizon et ce n’est pas un hasard.

Car comme Théo l’explique dans la chance de ma vie, Philippe Croizon qui a le même handicap que lui, est devenu un modèle.

Philippe Croizon parle également de sa rencontre avec Théo Curin dans son livre : Tout est possible ?

Il raconte non sans émotion comment il a décidé de prendre Théo sous son aile.

Cette histoire d’amitié, on la retrouve donc dans les deux livres.

Leçon N°1 : REALISER L’EXTRAORDINAIRE

Théo est un garçon vivant, plein d’énergie. Il l’était avant de se voir amputé de 4 membres à l’âge de 6 ans et il le restera ensuite. C’est ce qui fait sa force.

Théo et sa famille ont dû se résigner à ces opérations sinon, c’était la mort assurée. En effet, Théo avait contracté une méningite bactérienne foudroyante. Pas le choix, les membres se nécrosent et il faut couper pour arrêter le mal.

Théo est entouré de l’amour de sa mère, de son père de sa sÅ“ur et de soignants, mais Théo est un vrai miroir. Tout l’amour qu’il reçoit, il vous le renvois puissance 10. Pas de place à la compassion, place à la vie, à l’énergie !

C’est sûr que Théo se cherche un peu au cours des premières années de sa vie mais sa rencontre avec Philippe Croizon va être un déclic.

Théo qui est phobique de l’eau va se muer en nageur handisport hors pair, doté d’une glisse incroyable.

Natation Théo Curin

Il suit un véritable parcours initiatique de la natation de haut niveau, au cours duquel il rencontre d’excellents coachs. Ces entraineurs vont lui permettre d’avoir une pente ascendante.

La suite logique, c’est l’équipe de France handisport de natation. Il participe aux compétitions nationales et mondiales et aux Jeux Olympiques de Rio.

Cela semble facile, résumé en quelques lignes, mais le livre la chance de ma vie nous explique toute la transformation de ce gamin de 6 ans amputé de ses quatre membres jusqu’à l’athlète musclé qui se révèle un compétiteur hors pair, avec de réelles chances de victoire à défendre à chaque fois !

Le secret de cette réussite réside dans la recherche d’un objectif.

A travers la lecture de la vie sportive de Théo, on voit qu’il se fixe à chaque fois un cap.

Une fois le cap atteint, il fait le retour d’expérience et c’est reparti. Re-cap et re-bilan.

Autrement dit, les championnats du monde fini, objectif les JO. Toujours plus haut, toujours plus fort !

Voici la première leçon à retenir. Se fixer un cap permet d’avoir une direction.

Un jour, je serai marathonien ! C’est différent de, l’année prochaine, je serrai Finisher du marathon de Paris !

En suivant la deuxième phrase, je vous garantis que vous serez marathonien l’année prochaine à Paris. Avec la première, vous n’aurez probablement jamais la fierté de porter une médaille de marathon.

Le marathon, l’épreuve reine de l’athlétisme ! Une épreuve mythique.

Depuis les dernières décennies, le nombre de marathoniens a explosé et on pourrait penser que ce n’est plus si glorieux de devenir marathonien.

Détrompez-vous ! Même si cette épreuve s’est démocratisée, faites l’exercice suivant : comptez dans votre entourage la proportion de marathoniens. Je vous parie que cette proportion ne sera pas majoritaire, non ?

Courir un marathon peut changer votre vie alors rêvez !

Comme le rappelle Théo en citant Walt Disney : « Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite, réveillez-vous calmement et allez d’un trait jusqu’au bout de votre rêve sans jamais vous laisser décourager. Â»

Leçon N°2 : SOYEZ EGOïSTE

Cela ne transpire pas forcément dans le livre. Juste un peu.

Cette leçon, c’est plutôt lors d’une conférence réalisée par Théo devant un parterre de membres d’une entreprise, il me semble. Cette vidéo, on peut la voir sur son compte Instagram.

Théo le dit. Théo le proclame.

S’il fait toutes ces expériences de vie. Ces opportunités d’être acteur, ces chalenges sportifs de dingue, ces représentations pour Biotherm… c’est d’abord pour lui.

En effet, Théo revendique le droit d’être d’abord égoïste !

Cela vous choque ?

A première vue, oui, c’est choquant !

Moi aussi, j’ai été choqué quand j’ai vu la vidéo.

Mais après un moment de réflexion, je me suis dit : c’est normal et il a bien raison.

Moi si je cours après les médailles de marathon, c’est d’abord pour mon propre plaisir. Alors accordons lui le droit de prendre du plaisir dans ses activités.

Même si nous humains, nous sommes des animaux sociaux. C’est prouvé que nous avons besoin de vivre en communauté et que nous épanouir à travers les autres, c’est aussi juste que notre premier admirateur, c’est d’abord nous !

Vous ne me croyez pas : prenez une photo de groupe où vous figurez et dites-moi votre première action ?

Foule vue d'en haut

Vous vous cherchez sur la photo !

En conclusion, choisissez cos rêves, vos défis, vos marathons en fonction de ce qui vous fait plaisir en premier ! Soyez égoïste, c’est naturel et il n’y a pas de honte.

Dans le livre de Théo, je disais que cela se devinait à peine mais en prenant du recul, on observe que beaucoup de choses tournent autour de Théo.

Le chapitre sur sa sœur Océane est éloquent à ce sujet. Toute l‘attention familiale s’étant portée sur Théo, Océane s’est retrouvée en manque d’attention. Du moins, c’est son ressentiment.

Autre leçon de vie et du livre. Si nous devons être égoïste et gonfler notre égo comme une bulle, il faut tout de même veiller à laisser une place pour les bulles d’égo des personnes de notre entourage.

Leçon N°3 : FAITES ABSTRACTION DES AUTRES

C’est peut-être le passage du livre qui m’a fait le plus mal car je me sens catégorisé dans la mauvaise partie de la population.

Vous savez cette population qui a peur de l’étrange, de l’inconnu, des différences.

Théo nous raconte sa première sortie au supermarché Cora avec son fauteuil roulant électrique et les rencontres qu’il fait. Sa mère lui confie la mission de faire les courses seul pendant qu’elle échange avec ses connaissances.

Il faut préciser que jusqu’à cette expérience, Théo n’a été confronté qu’au public de sa famille et à celui du corps médical qui s’occupe de lui. Bref, des personnes bienveillantes.

Du monsieur qui s’enfuie en laissant tomber ses achats, à la mère de famille qui cache les yeux de sa progéniture aux deux garnements qui harcèlent Théo à travers les rayons, peu de choses lui sont épargnés.

Handicap

Voici l’autre catégorie de personnes à laquelle j’appartiens… J’en suis conscient. Et vous, ne me faites pas croire que vous feriez exception !

Le regard des autres, blessant et qui se révèle traumatisant pour Théo l’handicapé.

C’est Philippe Croizon qui va donner la clé à Théo pour se libérer.

« Quand tu rencontrais une personne handicapée, comment tu réagissais, toi, avant ta méningite ? Â»

Théo a alors ce déclic : « Reprocher aux autres un comportement qui était le mien avant Â».

C’est l’effet tarte à la crème.

Avant sa maladie, Théo appartenait à la même catégorie de gens que ceux croisés à Cora.

A partir de ce moment-là, Théo ne tiendra plus jamais compte du regard des autres et cela va changer sa vie.

Vous concernant, quand vous annoncerez à votre entourage votre objectif de courir le marathon de New-York, une partie sera enthousiaste et une autre plus sceptique.

Cette frange sceptique peut parfois être blessante au point de vous vous faire renoncer à votre projet : Â« Toi courir un marathon ? Et aussi loin ? Tu n’arrives même pas à monter les escaliers sans souffler comme un bÅ“uf et tu te perds dans la supérette du coin ! Â»

Voici le style de paroles limitantes qui vous rabaissent à votre condition.

Théo aurait pu aussi se rabaisser et ne plus sortir de son rôle d’handicapé qui fait peur ! Mais il s’est affranchi de cela et a brisé le plafond de verre.

Si vous êtes confronté à un entourage pessimiste, dites vous qu’ils ont raison de penser ainsi. Car jusqu’à maintenant, c’est ce que vous aviez montré : le mec qui crache ses poumons en haut de l’escalier. Mais à partir de demain, ils vont découvrir un autre individu !

Quelqu’un qui avance vers son objectif, en pensant à lui et à faisant abstraction des autres… négatifs.

Leçon N°4 : TROUVEZ VOTRE CARBURANT

Comme je l’expliquais au début, Théo est un miroir qui renvoie du positif avec son sourire, avec son goût de l’effort avec son abnégation face aux souffrances physiques des opérations et soins.

Mais personne ne peut avancer sans carburant dans la machine.

Ce carburant, cette essence de vie, c’est l’amour.

L’amour de sa mère, le premier soutien de Théo.

L’amour de son père. Présent aux entraînements, aux compétitions.

  • L’amour de celle qu’il surnomme son écureuil : Laure Noisette, soignante de l’IRR (Institut Régional de Réadaptation) de Flavigny.
  • L’amour de Nathan Gourdin, aidant qui va épauler Théo durant ses années au CREPS de Vichy.
  • L’amour de Philippe Croizon qui revit sa propre histoire subie à 25 ans mais à travers celle d’un gamin de 6 ans.

Je ne cite pas tous ceux qui ont compté pour Théo. Théo les remercie à la fin de son livre et c’est mérité.

Groupe d'amis plein d'amour

Mais voilà, le carburant de Théo, c’est l’amour de toutes ces personnes. Mais à l’inverse, Théo a aussi fourni du carburant à toutes ces personnes. C’est très bien suggéré dans le livre. C’est réciproque.

Donnant, donnant. Win, win.

Il y a un dicton qui dit, seul on va vite mais à plusieurs on avance plus loin.

Quand je dis que l’homme est un animal social et qu’il a besoin des autres, c’est de cela que je parle. J’espère que vous comprenez.

C’est donc la leçon que nous devons appliquer. Réalisons notre quête en partageant notre essence de vie avec des personnes sur qui on peut compter.

Leçon N°5 : TRAVAILLER ET REBONDIR

Sans que cela soit trop lourd, Théo arrive très bien dans la chance de ma vie à nous faire entrevoir la quantité et la qualité de ses entraînements pour devenir un athlète de natation en bassin et ensuite un nageur de l’extrême en eau libre.

L’entraînement, les conseils de ses coachs, l’application des conseils, le mental, l’acquisition d’expérience… c’est le cercle vertueux suivi par Théo.

Tout n’a pas été rose dans la carrière de Théo. Des frustrations, il y en a eu. Des médailles en chocolat au pied du podium, des décisions fédérales absurdes, des adversaires italiens et espagnols mal classés en handisport qui faussent les règles de la compétition (merci la fédération internationale handisport de natation).

L’autre leitmotiv de Théo après : tout est possible, c’est rebondir.

Rebondir, c’est justement ce qu’il a fait lorsque la fédération internationale handisport de natation a triché et que la fédération française s’est révélée impuissante (shame on you !). Rebondir en se fixant de nouveaux défis comme la traversée du plus haut lac du monde dans une eau gelée.

Lac Titicaca

Le chemin vers la ligne d’arrivée du marathon n’est pas facile.

Il faut travailler, autrement dire s’entraîner en quantité et aussi en qualité.

Et même surtout en qualité afin d’éviter les blessures et les problèmes dans la préparation.

A l’arrivée du marathon, vous aurez peut-être une déception côté performance avec un chrono moyen. Alors pourquoi ne pas rebondir en se fixant l’objectif d’un nouveau marathon à réaliser dans avec un chrono ambitieux.

Et c’est reparti pour l’entraînement adapté à cet objectif.

CONCLUSION

J’ai aimé le livre ma chance de ma vie de Théo Curin, à tel point que j’ai souhaité en faire la promotion sur mon blog.

Très vite, j’ai compris les leçons distillées par Théo et le potentiel à transcrire pour la course à pied.

Au départ, je ne devais pas lire ce livre.

En effet, j’avais mis sur ma wish liste d’anniversaire le livre de Philippe Croizon : Tout est possible.

Mais c’est le livre de Théo que j’ai eu en cadeau. Et finalement, c’est un heureux hasard car j’ai dévoré l’histoire de Théo. J’étais d’autant plus ravi que j’ai découvert sa complicité avec Philippe Croizon que j’admire.

Je suis donc ravi que les deux hommes soient amis, voire complices.

J’ai aimé dans le livre de Théo les passages en italiques. Ce sont des passages où s’expriment ses proches en nous livrant leur point de vue, qui est forcément différent mais complémentaire de celui de Théo.

Le livre de Théo, je le place au niveau de celui de Mike Horn et celui de Kilian Jornet (cliquez sur les liens pour découvrir les articles).

En prenant la plume, ces hommes sont des leaders inspirants. Ils nous confient leurs parcours de vie et les leçons que nous pouvons en tirer car nous sommes des animaux sociaux qui ne demandons qu’à échanger !

Nota : j’ai tout de même acheté le livre de Philippe Croizon : Tout est possible.

Maintenant, foncez acheter le livre de Théo Curin. Bonne lecture.

Théo Curin La chance de ma vie

QUE L’OXYGENE SOIT AVEC VOUS !

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

Laisser un commentaire