Courir ou Mourir par Kilian Jornet

Courir ou mourir : un magnifique livre de Kilian Jornet que tout runner doit avoir lu !

Mais avant de vous plonger dans la tĂȘte de ce champion, inscrivez-vous Ă  la newsletter pour ne plus manquer aucun nouvel article. Et je vous offre ce livre gratuit, rempli d’astuces et de conseils pour vous aider Ă  progresser : COMMENT PREPARER UN MARATHON

Marathon
Course
Running

JOURNAL D’UN ULTRA-TERRESTRE : Kilian Jornet

Pour certains, c’est inutile de prĂ©senter Kilian Jornet, le chamois des PyrĂ©nĂ©es.

Mais c’est bon de rappeler les grandes lignes de son palmarĂšs pour prĂ©senter l’artiste.

Et d’ailleurs, vous pouvez aussi lire ce post : Kilian Jornet

Homme au sommet de la montagne

FICHE D’IDENTITE DE KILIAN JORNET

Quatre fois champion du monde de ski de montagne.

Recordman de la traversĂ©e du GR20, de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, de l’ascension du Kilimandjaro.

Kilian Jornet est nĂ© en 1987 en Espagne. C’est un sportif professionnel et ses domaines de prĂ©dilection sont le ski-alpinisme, l’ultra-trail et la course en montagne.

Pour beaucoup de runners, trailers ou de route, Kilian est un modĂšle, un porte-drapeau, et mĂȘme une icĂŽne.

Il a écrit Courir ou mourir en 2013 pour nous livrer ses pensées, ses motivations, sa philosophie de vie.

Avec ce post, je veux vous donner l’envie d’aller acheter Courir ou mourir. Allez, c’est parti…

MANIFESTE DU SKYRUNNER

Dans cette introduction, les mots sont durs : « Embrasse la gloire ou meurs Â», « Perdre, c’est mourir Â», « il faut ĂȘtre Ă©goĂŻste pour savoir se battre, souffrir, pour aimer la solitude et son enfer
 », « Le secret n’est pas d’avoir de bonnes jambes. Le secret, c’est avoir la force d’aller courir, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige
 Â».

Ces mots sont destinĂ©s Ă  un homme. En effet, c’est ce manifeste qui est accrochĂ© sur la porte du vieil appartement de Kilian. Et ces mots, il les lit tous les matins avant de partir Ă  l’entraĂźnement.

1 QU’EST-CE QUE TU VEUX FAIRE QUAND TU SERAS GRAND ?

Lac de montagne et randonneur

A la question de la maĂźtresse, Kilian rĂ©pond Compteur de lacs. Cette rĂ©ponse traduit bien l’amour des grands espaces sauvages, le besoin de dĂ©couverte de nature, l’envie de gravir les montagnes.

Kilian a Ă©tĂ© Ă©levĂ© dans un refuge de montagne Ă  2 000 mĂštres d’altitude sur le versant nord de la Cerdagne, entre les sommets frontaliers de la France et d’Andorre.

Il nous explique comment l’exploration de ce terrain de jeu lui a donnĂ© l’amour des montagnes et comment ses parents ont guidĂ© son Ă©ducation et celui de sa petite sƓur. Des parents cools, en harmonie avec leur environnement et qui ont façonnĂ© leurs enfants Ă  leur image.

Au dĂ©part les randonnĂ©es Ă©taient ludiques et avec l’ñge, elles se sont transformĂ© en activitĂ©s sportives. Ce qui a poussĂ© naturellement Kilian vers le centre de formation de ski-alpinisme.

Alors en pleine ascension, Kilian nous explique comment un accident de vĂ©lo a failli mettre un terme Ă  sa carriĂšre prometteuse en dĂ©cembre 2006. Et ce qui est intĂ©ressant dans ce chapitre, c’est comment il a gĂ©rĂ© cet Ă©pisode difficile. Aussi Ă©tonnant Ă  lire, comment il s’est rĂ©Ă©duquĂ© et comment s’est fait son retour Ă  la compĂ©tition. C’est clair que je ne veux pas dĂ©voiler l’histoire, mais il faut dire que Kilian a une interprĂ©tation personnelle des consignes du docteur !

Dans la suite, Kilian nous explique son quotidien d’athlĂšte de 18 ans. Et plus exactement ses conditions de vie. Si vous croyez que cela tient du monde merveilleux de Oui-Oui, alors dĂ©couvrez la vĂ©ritĂ© vraie en dĂ©vorant le rĂ©cit de Kilian.

Et une petite question : il vous reste 200 € en poche soit pour payer le loyer, soit pour aller courir une course trĂšs importante. Quel est votre choix ? Et que pensez-vous que Kilian a choisi ?

2 L’ADRENALINE DU DOSSARD

Ici, Kilian Jornet nous explique sa joie de la victoire en compétition.

Kilian Nous fait vivre ce que pu d’entre nous arriverons Ă  faire un jour, c’est-Ă -dire vivre l’ambiance d’une tĂȘte de course. C’est fou comment les Ă©lites se connaissent les uns les autres. A travers son rĂ©cit, on s’aperçoit aussi que les champions peuvent avoir des coups de mous pendant une course. Et cela est rassurant car on se dit qu’ils en « chi
 Â» autant que nous, pauvres coureurs lambda.

A cette occasion, Kilian nous rĂ©vĂšle sa terrible allergie aux piqĂ»res de guĂȘpe. Allergie qui lui jouera des tours quelques annĂ©es plus tard : voir mon post : 


Je ne vais pas trahir le suspens tellement on pressentait que Kilian allait gagner cette course qu’il nous relate.

Et je vous livre sa citation : Â« Gagner, ce n’est pas terminer premier. Ce n’est pas battre les autres. Gagner, c’est se vaincre soi-mĂȘme, dompter son corps, apprivoiser ses limites et ses peurs. Gagner, c’est se dĂ©passer et transformer ses rĂȘves en rĂ©alitĂ©. »

« Dompter son corps Â» : j’aime beaucoup
 et vous ?

Sinon, je pense que l’ensemble de la citation s’applique Ă  chacun d’entre nous. Car chacun de nous a sa victoire quand il franchit la ligne d’arrivĂ©e : son record perso, son objectif de chrono ou tout simplement : ĂȘtre Finisher.

Et c’est exactement ce que dit Kilian en conclusion de ce chapitre : Â« La victoire ne consiste-t-elle pas Ă  repousser les limites de notre corps et de notre esprit ? La victoire ne sert-elle pas Ă  nous mettre en quĂȘte de plus grand ? Â».

Running - Montres Connectées

3 IL N’Y A PAS QUE LA COMPETITION

270 kilomĂštres de course. La Tahoe Rim Trail, dans les montagnes de la Sierra Nevada en Californie. DĂ©part Ă  5 heures du mat’.

La TRT, ce n’est pas une course contre d’autres coureurs, mais une course contre le temps.

L’objectif est de battre le recordman de l’épreuve pour prendre sa place sur les tablettes.

Pour y arriver, Kilian nous explique comment est organisé son staff. Quelles sont les rÎles et responsabilités de chacun.

Dans ce chapitre, Kilian nous fait vivre ce beau dĂ©fi. Va-t-il le rĂ©ussir ? Quelles Ă©preuves va-t-il devoir surmonter ? A vous de le dĂ©couvrir dans le livre


Coureur bondissant de pierre en pierre

4 LA CITE DU VENT

Kilian Jornet nous relate sa rencontre avec Alba à Barcelone et ensuite la relation qu’ils ont eue ensemble. Deux amoureux de la Nature.

Et dans ce chapitre, il Ă©voque son Ă©popĂ©e de traverser les PyrĂ©nĂ©es en courant. Relier l’Atlantique Ă  la MĂ©diterranĂ©e.

Ici, il explique ses 3 premiers jours de périple.

5 ENTRE DEUX EAUX

Dans ce chapitre, Kilian continue son rĂ©cit jusqu’au huitiĂšme jour. A votre avis, va-t-il rĂ©ussi ? S’il a rĂ©ussi, c’est bien. Et s’il n’a pas rĂ©ussi, c’est bien aussi. Pourquoi ? Je vous laisse le dĂ©couvrir dans le livre.

6 LA VICTOIRE DES SENS

Alba est partie. C’est fini entre eux. Ses derniĂšres paroles ont marquĂ© Kilian Jornet car il lui reproche d’avoir remplacĂ© les posters de ses idoles par des photos de ses victoires et ses trophĂ©es.

Cela signifie qu’on n’a plus de modĂšles Ă  imiter et que la seule personne Ă  battre, c’est soi-mĂȘme. Donc plus de marge de progression.

Une fois compris ça, Kilian a pu faire son analyse. Une sorte d’introspection qui lui a permis d’atteindre un Ă©tat de plĂ©nitude.

Silhouette d'homme au coucher de soleil

A travers son rĂ©cit rapide de l’UTMB et d’une sortie seul en montagne, sans enjeu, Kilian nous livre ses Ă©tats d’ñmes et se pose la question qui tue : pourquoi je cours ?

7 COURIR PLUS LOIN POUR SE TROUVER SOI-MEME

Ici, Kilian Jornet change un peu de terrain de jeu et participe Ă  la Western States 100. Un ultra-trail de 100 miles qui se dĂ©roule aux Etats-Unis. Et Ă  l’origine, c’était une course de chevaux. Mais en 1974, Gordon Ainsleigh, ĂągĂ© de 27 ans, s’aperçoit que son cheval est blessĂ© la veille de la course. Pour ne pas avoir fait le dĂ©placement inutilement, il dĂ©cide de participer Ă  la course. Les organisateurs, d’abord sceptiques, l’autorise Ă  courir. Et Gordon finit un peu aprĂšs les cavaliers en moins de 24 h !

Aujourd’hui, plus de chevaux et que des coureurs dont notre Kilian.

Kilian nous raconte les menus dĂ©tails de cette course qui se rĂ©vĂ©la trĂšs importante pour lui. En effet, comme il le dit en conclusion, c’est lorsque les situations sont difficiles que l’on apprend le plus. On gagne en maturitĂ© et on apprend Ă  mieux se connaĂźtre.

On apprend aussi de ses erreurs pratiques et ce jour-lĂ , Kilian s’est mal alimentĂ© et hydratĂ© pendant la course.

8 UN SOMMET EST CONQUIS LORSQU’ON EN EST REDESCENDU

Ici, c’est l’ascension et la descente du Kilimandjaro en Afrique qui est le dĂ©fi Ă  relever.

Mais en dehors du dĂ©fi, ce qui semble le plus important aux yeux de Kilian, c’est les gens rencontrĂ©s le long du chemin.

De tous ses voyages et ses victoires, ce sont les émotions et les paroles échangées avec ces personnes qui sont la plus grande richesse.

9 A QUOI JE PENSE QUAND JE PENSE A COURIR ?

Pourquoi courir selon Kilian Jornet
Pourquoi tu cours ?

Kilian nous révÚle au fil des pages de ce chapitre un de ses secrets. En effet, il possÚde une capacité à relativiser.

Et toujours la question qui tue : pourquoi je cours ?

Kilian arrive finalement à la conclusion qu’il court parce qu’il aime ça.

Courir, c’est donner Ă  son imagination un moyen d’expression et s’explorer lui-mĂȘme.

Et Kilian Jornet termine en philosophant sur la vie et le bonheur. Et à la lecture de ces derniÚres lignes, on sent que lui, il a trouvé sa raison de vivre.

Critique du livre Courir ou mourir

Est-ce que ma critique va-t-elle ĂȘtre impartiale ? Est-ce que je n’étais pas dĂ©jĂ  sous le charme ?

VoilĂ  qu’à mon tour, je me mets Ă  la sauce Kilian en m’interrogeant !

Alors si on s’attend à un livre qui relate une liste d’exploits et de performances, ce n’est pas le cas.

Au contraire, Kilian nous montre sa face cachée. Une face faite de beaucoup de questionnements sur lui. Quelle est sa raison de courir, son évolution, ses faiblesses, à quoi sert la vie.

Et comme un miroir, on est amenĂ© Ă  se poser les mĂȘmes questions.

C’est donc un livre qui vous chamboule.

Vous pensiez lire les aventures d’un champion irrĂ©sistible et vous avez les histoires d’un ĂȘtre humain faillible, mĂȘme si ses exploits sont au-delĂ  de la moyenne.

Et finalement, c’est un trail intĂ©rieur que vous allez vivre en lisant ce livre.

Alors, oui, c’est un livre culte.

Je lui attribue la note de 18 sur 20.

Points forts de Courir ou mourir

Kilian Jornet

Les principaux points forts sont :

  • La franchise des confidences intimes
  • Les rĂ©cits des courses extraordinaires que l’on vit comme si on Ă©tait Ă  ses cĂŽtĂ©s
  • La trame logique et progressive du livre qui aboutit Ă  des questions philosophiques

Points faibles de Courir ou mourir

Comme le livre est bien équilibré, je dois avouer ne pas trouver de points faibles.

Peut-ĂȘtre, aurions-nous aimĂ© avec quelques astuces techniques au grĂ© des pages.

Lire plus de commentaires sur Le livre Courir ou mourir sur Amazon

J’espùre que cet article vous donne envie d’acheter ce livre en cliquant sur l'image ci-dessous :

Courir ou mourir

QUE L’OXYGENE SOIT AVEC VOUS !

Et pour aller plus loin, voici son site officiel :

https://www.kilianjornet.cat/fr

Si vous avez aimĂ© l'article, vous ĂȘtes libre de le partager ! :)

3 rĂ©flexions au sujet de “Courir ou Mourir par Kilian Jornet”

  1. Bonjour David,

    Critique trĂšs complĂšte. J’ai pris plaisir Ă  la lire et elle m’a donnĂ© envie d’en savoir d’avantage sur Kilian JORNET. C’est dĂ©cidĂ© : j’achĂšte ce livre !

    Mais au-delĂ  de ça, certains points que tu soulĂšves nous donnent Ă  nous interroger nous-mĂȘme sur nos motivations, nos ambitions et notre exigence pour atteindre nos objectifs.

    Et je retiendrais ceci : un sommet est conquis lorsqu’on en est redescendu. Magique.

    Merci, vraiment.

    RĂ©pondre
    • Bonjour,
      Ravi que tu aies apprécié.
      Et je te garantis un bon moment de lecture.

      Quand Ă  la phrase : « un sommet est conquis lorsqu’on en est redescendu », cela est d’autant plus vrai pour l’Everest.
      Kilian a réussi son ascension 2 fois.
      A savoir, qu’au dessus de 8 000 mĂštres, c’est une zone particuliĂšre. Il y a un peu plus de 2 km Ă  parcourir pour arriver au sommet et tout peut arriver. Et c’est souvent lors de la descente que les drames arrivent. LĂ  haut, pas de secours possible (aucun hĂ©licoptĂšre ne peut voler carl’air n’est pas assez dense), et aider quelqu’un revient Ă  se mettre soi-mĂȘme en pĂ©ril. Le sommet du monde est jalonnĂ© des corps des malheureux aventuriers dĂ©cĂ©dĂ©s, qui servent de… balises !

      L’exploit de Kilian en est d’autant plus beau !

      RĂ©pondre

Laisser un commentaire