Courir sous la pluie : 8 astuces à connaître

Partage Run & Fun

COURIR SOUS LA PLUIE

“I am swinging in the rain…”

Runing rain
Courir sous la pluie…

Puisque la course à pied peut ressembler à une danse, nous pouvons détourner les paroles de la célèbre chanson : I am running in the rain.

C’est parfois difficile de se motiver pour aller courir sous la pluie. Et pourtant, comme nous l’a répété le speaker de la Synthé Lyon 2018 : ” la pluie, ça n’empêche pas d’avancer, c’est juste une question de mental…”

Alors pour aider ce mental, voici 8 astuces à connaître pour courir sous la pluie.

1. PORTER DES VETEMENTS TECHNIQUES

Si vous voulez faire admirer vos pectoraux ou votre poitrine, vous pouvez porter un tee-shirt en coton par temps de pluie.

Et juste après votre séance de running, vous pouvez filer directement à la boîte de nuit la plus proche qui organise un concours de tee-shirt mouillé, sans passer par la case douche !

Dans le cas contraire, et si vous êtes un plus pudique comme moi, préférez les tissus techniques.

Et là encore, attention au piège de la « râpe à fromage » !

Je me souviens de ma mésaventure lors du semi-marathon de Ploegsteert en Belgique. Cette course se déroule le 11 novembre et s’appelle la course du Souvenir.

L’année de ma participation, nous avions eu toutes les météos possibles pendant la course : soleil, pluie, vent…

A l’arrivée, alors que j’avais rejoint mon groupe d’amis, une copine me fait remarquer que je présente deux jolies auréoles rouges au niveau des tétons !

Jusqu’à ce moment-là, je n’avais pas mal. Mais après sa remarque, je souffrais le martyre… à la limite de me rouler par terre (et oui, je suis bien un homme, donc un mauvais malade !).

En conclusion, il faut porter un tee shirt technique mais en s’assurant que la maille n’a pas un effet de « râpe à fromage » quand il est mouillé.

Pour s’affranchir de ça, j’ai un truc : je porte une sous-couche technique qui épouse le corps.

L’été, il s’agit de tee-shirt manches courtes qui éliminent la transpiration.

Et l’hiver, il s’agit de tee-shirt manches longues qui ont aussi un effet de protection contre le froid.

En conclusion, pas de coton mais du technique et pas n’importe quel technique.

2. LE RUBAN ADHESIF EST VOTRE AMI

Vous savez qu’il va pleuvoir des trombes d’eau et vous n’avez pas le choix que d’aller courir cette foutue compétition au lieu de rester chez vous, bien au sec.

Ah si vous aviez su, jamais vous n’auriez suivi votre meilleur ami !

Inutile de se lamenter en broyant du noir. Et grâce à ce conseil, vous aurez vos chaussures mouillées mais pas détrempées.

Alors prenez vos Running et observez-les.

Est-ce que vous voyez le dessus de la chaussure ? Il y a un tissu aéré qui permet d’évacuer la transpiration en temps normal.

Par temps d’averses d’orage, cette partie de la chaussure représente un point faible car ce sera la porte d’entrée aux… vagues déferlantes…

Alors pour contrecarrer cela, je vous propose un atelier de customisation avec une paire de ciseaux et du ruban adhésif large.

Commencez par mettre d’abord une bande au bord de la semelle :

Chaussure running

Découpez de petites fentes selon un angle de 45° :

Chaussure run

Et ensuite, repliez le tout en superposant les deux parties :

Shoes running

Et pour terminer, coupez un autre morceau de ruban pour venir couvrir le haut et las côtés :

Chaussure course à pied
Courir au sec

3. PRENEZ SOIN DE VOS PIEDS

Quand on a les pieds mouillés, on risque d’avoir de belles ampoules à cause des frottements sur la peau de nos pieds.

Ne pas préparer la peau de nos pieds à ce mauvais traitement, c’est une négligence que l’on paye souvent cher.

En effet, il n’y a pas de statistiques officielles sur le sujet, mais chaque dimanche, ce sont certainement des dizaines de milliers d’ampoules qui s’allument partout sur Terre sur les pieds des Runners.

S’ensuivent des flots de Bétadine, pansements et autres cris de douleurs…

Une vraie boucherie !

Pour lutter contre ce fléau, pensons vaseline, ou encore mieux Nok :

4. LE SAC POUBELLE VOUS VA SI BIEN…

Allez, jouons à Question pour un champion…

Comme le gilet jaune, il vous donne un look dégueulasse, mais il vous maintient le haut du corps au sec. Pour cela, il suffit de réaliser trois encoches pour laisser passer la tête et les bras. Souvent de couleur noire, il peut être aussi bleu ou gris. Constitué à 100 % en plastique souple, il constitue une membrane imperméable, c’est le… c’est le… SAC POUBELLE.

En plus, il permet de conserver l’air chaud du corps et constitue donc une petite isolation si la température extérieure est fraiche comme c’est souvent le cas quand il pleut.

Pour tout vous dire, j’ai hésité longtemps avant de vous donner cette astuce.

Et je vous la confie seulement si vous me promettez de ne pas vous débarrasser de ce sac dans un bas-côté pendant la course ou après usage, protection de l’environnement oblige !

Départ sous la pluie
Départ du Marathon de Rome 2019

Et surtout évitez moi le spectacle du départ du Marathon de Rome 2019 qui s’est fait sous la pluie. En effet, juste après le départ, des dizaines de malotrus ont jeté leur sac poubelle sur les pavés, donc dans les pieds des suivants !

Et d’ailleurs, il faudra bien lire les règlements des courses car certaines courses comme le Marathon de Paris interdisent désormais le port de sac poubelle.

Qu’est-ce qu’on va faire ?

No panic ! Il y a une solution.

Passer un numéro 5 pour connaître la réponse…

5. LA VESTE DE PLUIE

Certes, il va falloir passer au porte-monnaie mais cette solution vous donnera une plus belle silhouette que le sac poubelle : Investir dans une bonne veste pour courir sous la pluie.

Et de préférence, nous allons la prendre toutes options :

  • Tissu coupe-vent et imperméable
  • Capuche avec un cordon de serrage facilement ajustable
  • Système de ventilation pour maintenir la ventilation de l’air et éviter la surchauffe et « l’effet K-way ».
  • Bandes réfléchissantes pour être vu

6. PROTEGER VOTRE SMARTPHONE

Courir avec son téléphone, c’est l’assurance de pouvoir appeler ses proches ou les secours en cas de besoin. Et accessoirement, c’est la possibilité d’écouter ses meilleures playlists.

Alors même si les derniers modèles sont waterproof, il n’en reste pas moins qu’à titre personnel, je préfère assurer le coup en plaçant mon téléphone dans un simple sac plastique.

Une feuille plastique de quelques centimes pour protéger mon smartphone de plusieurs centaines d’euros !

Certains me diront qu’ils préfèrent laisser leur téléphone au sec à la maison.

Ce à quoi, je réponds que ce serait attirer la fameuse loi de Murphy sur soi. Vous savez cette loi qui dit que quand tout va mal, tout peut aller encore plus mal !

Selon cette théorie et mon intuition, partir courir sans téléphone, augmenterait la probabilité d’avoir besoin de passer un coup de fil pendant la sortie, pour appeler les secours par exemple.

Si vous pensez que je suis pessimiste, vous pouvez tout de même courir le risque mais en cas de pépin, n’oubliez pas que je vous avais prévenu…

7. LES CHAUSSETTES… DE L’ARCHIDUCHESSE

Tout ce qui touche aux pieds doit être sacré : vos chaussures, le soin à leur consacrer (taille des ongles et pommades anti-frottements) et bien sûr les chaussettes.

C’est un poste où il faut privilégier la qualité.

Hors de question de courir avec des chaussettes de tennis en coton.

Il faut des chaussettes anti-transpiration qui permettent d’évacuer rapidement l’humidité. Et ce qui sera vrai par temps sec, le sera aussi par temps humide.

Amis Runner, voici une belle découverte : j’ai testé des chaussettes de la marque Thyo et je vous garantis qu’elles sont très bien. N’hésitez pas à prendre des chaussettes Trail même si vous ne faites que de la route.

8. SORTEZ COUVERT

On pense souvent à porter une casquette pour se protéger du soleil.

Mais, c’est aussi vrai pour courir sous la pluie.

Il faut même choisir une casquette à large bord.

Pour tout vous dire, j’étais sceptique quand j’ai découvert cette astuce. Mais lorsque je l’ai mise en pratique, j’étais content du résultat. Surtout que mon ami d’entraînement, Jérôme, avait oublié la sienne alors qu’il courait avec… des lunettes ! Et je me demande encore comment, il pouvait y voir clair.

Lunette running
Pour précision, ceci n’est pas Jérôme…

Cela fonctionne comme un parapluie en empêchant les gouttes d’atteindre les yeux, et donc d’avoir une meilleure vision pour courir en sécurité.

J’ai découvert cette casquette Buff qui est compactable et je vous invite à aller sur Amazon pour voir comment c’est possible…

Sinon, il y a le modèle plus classique :

CONCLUSION : COURIR SOUS LA PLUIE… YES I CAN

En dehors des compétitions, c’est clair que rien ne vous oblige à courir sous la pluie.

Et pourtant, apprendre à le faire vous donne ces avantages :

  • Respecter votre plan d’entraînement : ce n’est pas une petite averse qui va contrarier votre préparation ! Telle une machine, vous déroulez votre programme qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige… Les éléments extérieurs n’ont pas prise sur vous ! Qui c’est le patron ?
  • Développer votre mental : Apprendre à lutter contre cet élément extérieur en appliquant les astuces que nous avons vues, c’est vous convaincre que c’est possible. Et croyez-moi, quand le speaker de Sainté Lyon vous dit que la pluie n’empêche pas d’avancer, vous le croyez car vous l’avez déjà testé. C’est pourquoi j’ai pu courir toute la nuit sous la pluie, comme les autres milliers de trailers.  Notre mental était prêt. Et le vôtre ?

Pour vous le prouver, courez lire ces 2 autres articles :

https://objectif-running.com/comment-cest-le-marathon-de-rome/

https://objectif-running.com/la-mythique-saintelyon/

QUE L’OXYGENE SOIT AVEC VOUS !

Laisser un commentaire