Comment c’est, le Marathon de Paris ?

Partage Run & Fun

Voici la preuve en image qui va vous donner l’envie de courir le Marathon de Paris.

Comment c’est le Marathon de Paris ?

Le Parcours du Marathon de Paris

Le parcours du Marathon de Paris
Le parcours

Les Chiffres du Marathon de Paris

  • 60 points d’animation
  • 3 000 bénévoles
  • 250 000 spectateurs
  • 24 tonnes de bananes
  • 10 tonnes d’orange
  • 7 tonnes de pommes
  • 440 000 morceaux de sucre
  • 600 000 bouteilles d’eau
  • 60 000 Runners dont 27% de femmes
  • 32% de coureurs étrangers
  • Record Homme : Kenenisa BEKELEETH 2h05’04” en 2014
  • Record Femme : Purity RIONORIPOKEN 2h20’55” en 2017
  • Barrière Horaire : 6 heures

Transcription texte de la vidéo

Introduction

Bonjour les amis Runners,

Je vais vous donner l’envie d’aller courir le Marathon de Paris.

Vous voyez ce maillot Finisher et cette belle médaille. Et bien, bientôt, ils seront à vous.

J’ai couru deux fois le marathon de Paris et j’ai deux histoires personnelles à vous raconter.

Le parcours du Marathon de Paris

Mais d’abord, parlons du parcours.

Alors, le Marathon de Paris, ça commence la veille. Vous devez aller chercher votre dossard au salon du Running Porte de Versailles à Paris.

Là, c’est un grand barnum. Il y a des exposants de matériels, des exposants qui viennent présenter leur course. Et c’est la fête du Running.

Ce n’est pas le plus beau salon du Running que j’ai vu. Il y a New York devant et Berlin aussi. Mais pour moi, il se classe quand même sur le podium.

Et puis, vient enfin le jour J. Départ sur les Champs Elysées. Et là, comme le chantent les supporters du PSG : « Paris est magique ! ». Effectivement, partir sur la plus belle avenue du monde, c’est fantastique.

Vous avez l’Arc de Triomphe dans le dos. Direction place de la Concorde. Vous passez le long du Louvre, rue de Rivoli. Direction place de la Bastille. Vous allez vers le bois de Vincennes. Un des deux poumons de Paris. Vous revenez vers le centre de la ville.

Et puis là, il y a les mini-tunnels. Au KM30, c’est un peu le point dur du parcours.

Et comme à chaque fois dans les tunnels, il y a toujours un Dahu qui crie, qui vous casse les oreilles.

Moi quelquefois, là, j’ai vraiment des envies de meurtre.

Mais bon !

Donc, il y a une série de trois, quatre mini-tunnels à enchaîner pour se sortir de ça.

Bon, vous êtes dans le mur mais vous avez une supportrice e taille : la Tour Eiffel, qui de l’autre côté de la Seine vous fait un coucou et vous encourage.

Et puis direction le bois de Boulogne pour terminer la course sur les grands boulevards. Direction boulevard (avenue) du Maréchal Foch.

Et la ligne d’arrivée où vous allez recevoir cette belle médaille.

Donc voilà pour le parcours. Un très beau parcours en forme de huit, plutôt une clé qui va vraiment vers les deux poumons de Paris : le bois de Vincennes et le bois de Boulogne.

Donc Paris, c’est ça.

Côté tourisme

C’est aussi côté tourisme, si vous avez la chance de rester quelques jours sur Paris, magnifique.

Vous avez bien sûr les Champs Elysées, vous avez le Louvre, la Seine, le Jardin du Luxembourg… Pleins de choses à faire. Pour certains, c’est la plus belle ville du monde. Effectivement, c’est une très, très belle ville.

Anectodes

Alors côté anecdotes, j’en ai deux.

La première, c’était en 2011. J’étais au KM30, vraiment dans le dur. J’étais complètement à plat. Et puis, là, j’arrive à une table de ravito. C’était un peu comme une oasis. J’arrive à la table de ravito. Je dis bonjour, parce que mes parents m’ont bien élevé. Et je commence à manger ma banane. Et puis, là, j’ai la bénévole qui me dit « Oh, les jolis yeux verts ! ».

Et oui, j’ai des très beaux yeux verts. Donc merci parce que c’est grâce à ça. Ça m’a reboosté. J’ai pu terminer cette année-là, le Marathon de Paris grâce à ce compliment. Et je m’en souviens encore quelques années après.

Deuxième Anectode.

Un peu plus récente, c’était pour la quarantième édition du Marathon de Paris.

Et puis, l’Organisateur nous avait promis un tas de concerts, surtout sur la fin, pour nous encourager.

Effectivement, c’était le cas. Il y avait plein de groupes de tam tam.

Mais ce jour-là, le taux d’humidité était aussi très très élevé, parce qu’il avait plu la veille. Et par chance, le jour de la course : grand ciel bleu ! Mais l’humidité était présente.

Et donc, on était sur les derniers kilomètres, à l’heure du midi, quand le soleil est à son zénith. Ça tapait fort ! Plus le taux d’humidité.

Vous couriez avec quelqu’un à côté de vous et d’un seul coup : pouf ! Il tombait. Et là c’était l’ambulance qui devait venir à son secours.

Donc c’était un festival de tam tam, effectivement, mais aussi un festival de sirènes d’ambulances qui essayaient de se frayer un chemin à travers le public (de coureurs).

Donc voilà pour cette anectode, qui m’a marqué, pour cette 40ème édition du Marathon de Paris.

En conclusion…

Donc, est-ce qu’il faut courir ce marathon ?

Oui, pour moi, ce marathon fait vraiment partie de ma liste des courses de rêve. Comme vous voyez, dans mon livre que j’ai écrit ici. Donc je l’ai inscrit en bonne place sur les courses du mois d’Avril. Parce que le Marathon de Paris se déroule début avril, chaque année.

C’est vraiment une très belle course à faire. Un beau parcours.

Moi, je lui mets la note de 16/20, ce qui est une excellente note.

Et puis maintenant, j’espère que vous allez avoir l’envie tout de suite, après cette vidéo, de cliquer sur le lien de l’organisateur pour aller voir quand est-ce que sont les prochaines dates d’inscription.

Et puis, bon Marathon de Paris.

ET QUE L’OXYGENE SOIT AVEC VOUS !

Site officiel du Marathon de Paris :

http://www.schneiderelectricparismarathon.com/fr

Retrouver le Marathon de Paris dans le livre Courses de rêve :

https://objectif-running.com/courses-de-reve/

Laisser un commentaire