http://www.marathon06.com

En 2013, après avoir couru le marathon Nice Cannes, j’ai dû écrire à Monsieur le maire de Nice, Christian Estrosi. Pourquoi ?

Avant de vous le révéler, parlons du marathon.

Nice- Cannes est un jeune marathon car la première édition s’est tenue en 2008. S’il s’est vite imposé comme le deuxième marathon français, c’est principalement à cause de son parcours 100 % côtier : 42,2 km pendant lesquels vous longez la « French Riviera » comme l’appellent les anglais. Un marathon en bord de mer !

Un départ à 8h00 au pied du Negresco et une arrivée sur la Croisette à Cannes dans un chrono max limité à 6h00, en passant par Saint Laurent du Var, Cagnes-sur-Mer, Villeneuve-Loubet, Antibes Juan les Pins et Vallauris Golfe Juan.

A l’arrivée, chaque finisher reçoit un tee-shirt et une médaille.

Côté logistique, l’organisateur met en place un système de navettes, mais il doit être possible de prendre le train aussi car il existe une voie ferrée qui longe la côte.

Avant de vous raconter 3 anecdotes de courses de ma participation en 2013, dont celle en relation avec M. le Maire, je ne résiste pas à faire l’éloge de la belle ville de Nice.

Nice, la belle ! La capitale des Alpes-Maritimes est située sur le littoral de la baie des Anges.

 Lors de votre séjour, il faut absolument gravir la colline du château pour mériter la belle vue sur la ville et la mer.

Dans les incontournables, il y a bien sur la promenade des anglais et aussi le théâtre de verdure qui part de la côte et qui nous emmène à travers sa trame verte et son miroir d’eau jusque dans le cœur de la ville. Magnifique parc vert !

Après tout ça, il faut reprendre des forces avec une salade niçoise et quelques soccas (galettes de pois chiche).

Revenons en 2013.

La première anecdote marquante est le coup de départ donné par Paula Radcliffe, la célèbre marathonienne anglaise.

Et voici la deuxième histoire. J’ai couru les premiers 21 km aux côtés d’Hannibal Lecter. Vous savez, le tueur en série du Silence des agneaux. Ce n’était pas Anthony Hopkins qui était derrière le demi-masque  qui lui cachait la bouche, mais un Runner chauve vêtu d’une combinaison orange marquée « Jail » au dos (Prison en français) et des chaînes aux mains. Il s’amusait à faire peur aux enfants, le bougre !

Et il y avait encore plus surprenant : il courait avec des crocs. Oui, vous avez bien lu : des crocs ! Ces sabots légers et confortables pour courir un marathon ! Par curiosité, j’ai regardé le prix sur Amazon et comme vous pouvez le voir, c’est moins cher qu’une paire de Running classique :

Et voici enfin la raison de ma lettre à M. Estrosi.

Je m’approchais de l’arrivée et je distinguais la haie de Pom Pom girls et le speaker. Mon chrono allait être supérieur à 4h00 mais le principal était d’être finisher.

D’un seul coup, à mon approche, je vois tout ce petit monde se mettre à s’agiter frénétiquement !

Je suis étonné mais trop fatigué pour faire preuve de plus de lucidité que ça. Et soudainement à 10 mètres de la ligne, je suis bousculé au point de chuter par un coureur musclé qui me double.

Quelle stupidité de bousculer son monde pour gagner une place alors que le plus gros du peloton est déjà arrivé !

C’est après avoir franchi la ligne d’arrivée, que j’ai tout compris ! Les acclamations ne m’étaient pas destinées car c’était pour Monsieur le Maire de Nice, Christian Estrosi qui venait de finir son marathon. Et c’est un de ses gardes du corps qui m’avait bousculé.

Une fois rentré à la maison, je lui ai donc écrit pour le féliciter d’avoir une aussi jolie ville et aussi pour lui rappeler quelques règles de courtoisie entre coureurs.

Et à mon grand étonnement, il m’a sympathiquement répondu en soulignant la chance que j’avais de parcourir la France et le monde grâce à ma passion du marathon.

J’ai réellement apprécié son courrier. Monsieur le maire, nous sommes quittes.

Longue vie au marathon de Nice-Cannes. C’est un marathon qu’il faut faire au moins une fois dans sa vie de Runner.

Voici une sélection de guide pour visiter cette belle ville :

Marathon Nice Cannes : Lettre à M. le Maire Estrosi…

Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *