Ami coureur,

voici une course que tu ne feras jamais car elle est considérée comme l’ultramarathon le plus pure et la plus difficile au monde. En effet, depuis 1996, seuls … quinze coureurs l’ont terminé., soit 2 % de réussite. 100 miles soit 160 km, plus de 18 000 m de dénivelé à finir en 60 heures maximum sur le terrain de jeu d’un parc du Tennessee. Le nombre de participants est limité et sélectionné par l’organisateur : 40 seulement en 2017.

Bref pour ta culture running, tu dois connaître l’existence de cette course de légende. Et comme toute légende, il y a des épisodes historiques. L’édition 2017 a été marqué par le 15ème coureur,  John Kelly de l’état de Washington, à avoir rejoint le cercle des héros ayant terminé la course en 59h30. C’est déjà un événement. Mais la dramaturgie de cette édition est qu’il aurait pu être rejoint par le canadien Gary Robbins. Gary a finalement échoué pour un retard de… 6 secondes. Gary s’est trompé dans la dernière boucle. Il est descendu du mauvais côté de la montagne à cause du brouillard. Il a même du traverser une rivière à la nage. D’ailleurs, il arrive complètement trempé.

Maintenant, je te pose une question : est ce que pour 6 secondes, Gary Robbins aurait du être repêché? Mon avis est non car le règlement, c’est le règlement. Et toi, qu’en penses tu ? Laisse un commentaire ci-dessous.

Et voici le drame en images sur CTV News :

Mais qu’est-ce que c’est la Barkley?

La première fois que j’en ai entendu parlé, c’est grâce à Intérieur Sport. La magnifique émission documentaire de Canal+.

Voici le résumé du documentaire juste ci-dessous.

La Barkley est née dans un esprit tordu, celui de Gary Laz Cantrell. Lors de l’évasion du prisonnier James Earl Ray, l’assassin du pasteur Martin Luther King, en 1977, le fugitif a été retrouvé à 13 kilomètres, soit 8,5 miles de sa prison après plus de 55 heures de cavale. Notre Gary Laz Cantrell s’était esclaffé au moment où James Earl Ray avait été rattrappé : “j’aurais fait au moins 100 miles!”.

Et cela lui a inspiré la Barkley, une course où même l’heure de départ est tenue secrète jusqu’au dernier moment. D’ailleurs celui-ci est donné entre 23h00 et 11h00 par un coup de souffle dans une conque. A partir de ce moment là, les candidats ont 1 heure pour se préparer au départ. Le départ est donné par… une cigarette allumée ! Cigarette qui se trouve dans la bouche de notre Gary Laz.

Le village marathon de la Barkley se résume à une simple tente au milieu d’un camping du Tennessee au début du printemps. Le processus d’inscription est un secret que seuls les initiés arrivent à percer. C’est le premier défi. 40 sélectionnés par an qui reçoivent un e-mail de confirmation de Gary Laz. Les frais d’inscription sont limités 1,6 dollar mais il faut ramener une plaque d’immatriculation de son état! Le second défi de taille est le parcours, qui est dévoilé seulement la veille de la course. 5 boucles non balisé de 40 km environ à parcourir.

La Barkley ne permet pas la moindre erreur ou la moindre défaillance. Ne jamais se relâcher, la seule condition pour finir la Barkley. Mais si c’est possible!

Pour prouver leur passage aux checkpoints, les coureurs doivent arracher certaines pages de livres, 13 par boucle au total. Le décompte se fait à la barrière par Gary Laz.

Le parcours est infernal et passe dans la fameuse prison. Dénivelés, pieds dans l’eau. Pluie. Vent. Gel. Neige. Brouillard. Nuit. bref l’enfer sur terre.

A chaque abandon, retentit le funeste clairon. Mais leur premier supporter et admirateur reste Gary Laz.

Voici une vidéo de 12 minutes de France TV sport (clique sur le lien ):

France TV Sport : La Barkley

 

La Barkley est intraitable !

Post navigation


Laisser un commentaire