En cette nouvelle année, vous décidez de vous mettre à la course à pied ou… d’être beaucoup plus assidu que l’année dernière ou… de courir de nouvelles courses !

Dans un instant je vais vous donner le secret pour tenir ces engagements.

D’abord, je vous dévoile ma théorie qui explique pourquoi en ce début d’année, vous en êtes arrivé à prendre cette bonne résolution.

Vous êtes victime d’un alignement des planètes.

Un début d’année, c’est à chaque fois, comme un nouveau départ ! Nous avons l’impression que toute est possible. Nous sommes pleins d’envie et d’espoir.

Je pense qu’il y a aussi l’impact indirect du décompte des secondes juste avant minuit dans notre inconscient. C’est un rappel du temps qui passe. Cela résonne en nous. Notre inconscient nous fait prendre conscience qu’il est temps de réaliser ses rêves, ses envies…avant qu’il ne soit trop tard !

Nous voilà donc dans un état second en train de nous demander ce que nous pouvons faire pour pimenter notre vie.

Et c’est là, que l’alignement des planètes intervient… Il suffit de penser à ce moment là, à la course à pied pour qu’une idée saugrenue jaillisse !

Pour les débutants, ce serait : « Et si je mettais au running ? »

Pour les adeptes, ce pourrait être : « Et si je devenais Marathonien cette année ? »

Pour les marathoniens, ça pourrait être : « Et si j’étais « cent bornard » ? »

Alors pourquoi ces idées là ?

Voici ma théorie. Nous évoluons dans une société aseptisée où tous les risques sont calculés, mesurés… et maîtrisés.

Notre curiosité nous pousse à aller provoquer le risque, à nous faire sortir de notre zone de confort à la recherche d’adrénaline qui nous sort du quotidien, de la routine. C’est presque du masochisme, car nous cherchons à nous faire un peu mal. A repousser nos limites pour voir de quoi on est capable.

La course à pied répond à ce besoin. Elle satisfait ce besoin individuel.

Et en plus, la course à pied est bien vue d’un point de vue social. Elle permet de briller parmi ses compagnons de tous les jours. Elle suscite l’admiration de Monsieur tout le monde. Quoi de plus enivrant pour un coureur à pied que de se voir félicité et admiré par les autres.

Mais la promesse de se dépasser restera une promesse s’il n’y a pas de passage à l’action.

Cet article participe à l’évènement “Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions” du blog Devenez Meilleur. J’apprécie beaucoup ce blog, et en fait mon article préféré est celui-ci : Lancez-vous. Cliquez ici pour voter pour mon article si vous l’aimez !

Dans l’article Lancez-vous, vous trouverez de précieux conseils que vous pouvez appliquer à votre résolution de coureur à pied.

Et le premier conseil est bien : Lancez-vous, sinon la volonté va s’effriter avec le temps et les beaux projets s’envoleront.

Alors voici ma recette infaillible pour suivre ses bonnes résolutions en course à pied.

Choisissez deux compétitions dans le calendrier des courses et projetez-vous. Rêvez ! Imaginez !

En ce qui me concerne, chaque début d’année, je choisis un marathon par semestre que je veux courir. Et toute ma saison de course est bâtie autour de ces 2 objectifs principaux.

Encore une fois, si vous n’êtes pas marathonien, vous pouvez faire de même : choisissez deux compétitions de distance 5 ou 10 km et faites-en sorte que ce soient vos marathons à vous.

Pourquoi deux compétitions ? C’est comme aux échecs, il faut avoir le coup suivant en tête. Le fait d’avoir un deuxième objectif dans la continuité du premier permet d’enchaîner aussitôt et d’éviter un coup d’arrêt.

C’est ce qu’a suivi Grégoire Chevignard, auteur du récit « De mon canapé à la course la plus dure du monde ». En moins de 2 ans, il est passé de « pas coureur du tout » à Finisher bien classé du Marathon des Sables (course par étapes de 250 km dans le désert marocain). Pour ça, il a bien sûr suivi des paliers : 10 km du Jardin du Luxembourg, Marathon de Paris, Trail de la côte d’Or… Et le secret de sa réussite tient au fait qu’il s’inscrivait toujours à une épreuve suivante plus dure avant d’avoir couru la compétition pour laquelle il s’entraînait. De cette manière, il a pu se projeter sans cesse et  sans se permettre de moments d’arrêt.

Son parcours est certes exceptionnel mais chaque coureur ou aspirant coureur peut s’en inspirer en se fixant donc deux objectifs successifs.

Maintenant à vous de jouer. Quels sont vos deux compétitions pour cette année ?

Ma meilleure astuce pour appliquer ses bonnes résolutions…

Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *